5 mois de travail à Koorelah

Dernier article sur Bowen avant d’entamer la suite !

Après nos articles sur Cape Edgecumbe, Rosebay et nos 5 mois à Bowen, place au boulot !

Koorelah Farms - VoyageDesFruits

Aujourd’hui nous revenons sur nos 5 mois passés à Koorelah.
5 mois qui sont passés à vitesse grand V, où on a trimé dans le shed 6j/7.

Julia en grading

Grading - VoyageDesFruits

…et en packing

Packing

Kévin en stacking

Stacking - Koorelah

Beaucoup de personnes nous ont dit « oh travailler au shed c’est mieux !« ; oui peut-être mais il faut savoir qu’il faut un moral d’acier car on fait face à une fatigue mentale mais surtout, c’est un travail d’usine, un travail répétitif.

Ici, les filles alternent grading et packing 1j/2 tandis que les garçons font du stacking quasi non-stop.
Beaucoup plus strict pour les filles, qui, par exemple en grading, ne peuvent pas parler et doivent fixer sans relâche toutes les tomates pour ne pas en louper une mauvaise et se faire gronder, le tout en restant statique…
Meilleure ambiance pour les gars, avec l’autorisation de papoter. En plus de ça il y a un roulement où, chaque jour, un des garçon bosse en solo sur un autre type de box.
De temps en temps les gars ont dû s’improviser Bucket Boy pour les tomates cerises (c’est un métier très physique où il faut porter les sauts dans les champs et les faire passer au dessus des allés). Kévin a alors pu à plusieurs reprises conduire le gros 4×4 de Koorelah. Cool !

Autre point, vous ne verrez quasiment aucun shed qui autorise la musique !

On a rencontré quelques personnes qui nous ont avoué préférer le picking (cueillette dans les champs) car vous avez beaucoup plus de liberté (musique autorisée, pause quand vous le souhaitez, superviseur qui n’est quasiment pas sur votre dos, possibilité de faire plus d’argent, etc).

BILAN

Bilan plutôt mitigé.

  • Financièrement: on a gagné moins d’argent qu’on ne l’avait espéré.
    En effet lors de notre premier jour de boulot, on nous avait annoncé une bonne saison et des salaires à 1000$/semaine. Finalement on a tous été trop optimiste et la saison sur Bowen a été de manière générale mauvaise. Pour cause: la météo (nuits trop fraîches).
    Après si l’on compare avec nos connaissances du Caravan Park, on est pas à plaindre. De nombreuses fermes ont été fermées 3 à 4 jours/semaine, voir plus parfois; qui dit plus de day-off dit moins d’argent (en théorie), car néanmoins, certaines fermes faisaient quasiment le même nombre d’heure que nous en ayant 2/3 days off dans la semaine, ce qui veut dire aussi plus de temps pour récupérer et profiter.
    Après même si on se plaint, on a pu mettre de l’argent de côté tout en profitant les week-end durant 5 mois et même avec un boulot de merde comme celui-ci, on gagne beaucoup plus qu’en France (même avec un master!) donc ça vaut le coup de mettre les mains dans la mouises, surtout qu’on ne va pas faire ça toute notre vie.
  •  Problèmes au quotidien: déception et constat
    Bien que de manière générale les Australiens sont vraiment sympas, certains le sont beaucoup moins lorsqu’il s’agit de boulot. Nous les backpackers, nous sommes vu comme les petits étrangers qui viennent en Australie pour se payer des vacances et pour piquer le travail des Australiens. Oui certes ! Mais la réalité fait que les Australiens ne veulent pas de ces jobs payés « juste » 20$ de l’heure et la majorité des jeunes Australiens avec un état d’esprit très cool travail très clairement au ralenti et sans aucune prise de tête… Ça ne les dérange pas de vous voir courir pendant que eux ne font strictement rien. Le pire c’est qu’ils ne font même pas semblant de travailler. Malgré tout cela, devinez à qui on faisait faire la plupart des heures supp ? Aux Australiens qui eux n’avaient qu’une envie: rentrer chez eux.
    Autre problème, la communication et le management. Bien qu’étant une très grosse ferme réputée, la ferme est gérée par de « vrais » fermiers qui n’ont aucunes compétences en management. Du coup, certaines choses nous ont irrités (du genre crier au lieu d’expliquer), surtout que c’est une ferme qui a beaucoup de potentielles et qui traite avec des clients comme Coles. Malgré tout, ils continuent d’envoyer des box de mauvaises qualité. Koorelah se démarque comme proposant des tomates hautes gammes, ce qu’ils n’ont pas fait cette saison…
  • Objectifs PVT Australie: du positif !
    …enfin, si on prend notre 2éme objectif qui est l’apprentissage de l’anglais, mauvais point pour Julia qui a très peu progressé en arrivant à Bowen. Pas évident de progresser en habitant un caravan park composé de 80% de français et dans un boulot où il est interdit de parler. Pour Kévin, bonne évolution en anglais (il est modeste il espérait mieux mais il se débrouille trèèèès bien); il a fait beaucoup plus d’effort pour parler aux étrangers et aux Australiens au caravan park et il avait aussi la possibilité au boulot de parler (principalement en anglais).
    Il ne faut pas oublier notre principal objectif pour ce premier job: renouveler notre visa pour 1 an. On peut dire qu’on a pas de soucis à se faire ! Avec 108 jours de travail pour 88 jours demandés, second visa dans la poche !
  • Les petits + personnels:
    On a rencontré sur place des personnes supers ! Alex, Elo, Laura, Denis, Marino … des personnes extra qu’on est pas prêt d’oublier ! Pour résumer, ça n’aurait pas été pareil de bosser là-bas 5 mois non-stop si on avait pas eu d’amis à qui parler pendant le smoko, la pause du midi ou à aller voir les weekend histoires de bouger un peu de Rose Bay.

~~~~

KOORELAH EN QUELQUES CLICHÉS  

Koorelah Farms
#Packing
Box

Matt, le superviseur de Kévin

Matt, le superviseur de Kévin

Le coin smoko & lunch time

Le coin smoko & lunch time

Smoko Dur dur le boulot

Parfois, Julia trouvait de drôle de tomate ! Comme cette tomate "étoile"

Parfois, Julia trouvait de drôle de tomate ! Comme cette tomate « étoile »

...ou bien encore la tomate canard

…ou bien encore la tomate canard

Denis & Marino. Lunch time

De temps en temps, les filles trié les tomates cerises dehors. C'est bon pour le moral d'être au soleil ! ^^

De temps en temps, les filles trié les tomates cerises dehors. C’est bon pour le moral d’être au soleil ! ^^

Kévin au Mont Nutt

Kévin au Mont Nutt

Après une journée de packing, c'est l'apocalypse ....

Après une journée de packing, c’est l’apocalypse ….

#Shed Wake Up Koorelah team

Elo, Laura & Ju

Elo, Laura & Ju

La galère quotidienne pour certains, de savoir comment ils vont rentrer .. ^^

La galère quotidienne pour certains, de savoir comment ils vont rentrer .. ^^

On termine en beauté avec une vidéo réalisée par Elo et Océ.
Première partie sur le boulot dans les poivrons et deuxième partie qui concerne Koorelah :)
Vous avez géré les filles !

Koorelah, peut-être à l’année prochaine ?!… 

3 réponses à “5 mois de travail à Koorelah

  1. Pingback: Le travail à Manbulloo | VoyageDesFruits - Blog de voyage·

  2. Pingback: Rainbow Serpent Festival 2016 | VoyageDesFruits - Blog de voyage·

  3. Pingback: Grampians National Park | VoyageDesFruits - Blog de voyage·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s